La Revue des Ressources
Accueil > Création > Poésie > LES FLEURS TOMBENT — 3

LES FLEURS TOMBENT — 3 

CITÉ HUMAINE…

vendredi 24 juin 2016, par Lionel Marchetti

— — —

LIVRE 3 : CITÉ HUMAINE… — « Les fleurs tombent » est le premier recueil de poèmes de Lionel Marchetti. Resté inédit jusqu’à ce jour, l’ensemble, constitué de plus d’une centaine de poèmes, est tiré de son journal (période 1991/1999).

Trois grands mouvements : parcours sinueux le long des routes entre torrents Alpins, chemins de rocailles, forêts et hauts plateaux orageux jusqu’à s’approcher des glaciers… … marche lente et attentive en sillonnant les campagnes, aux abords des rivières et de quelques fleuves boueux pour se retrouver face à face avec l’océan et finalement, en une longue descente, après quelques intuitions éclairantes et autres pensées plus abstraites, de retour sur l’asphalte, la route, nous traversons d’improbables espaces industriels, des ports, les docks (où frayent de gigantesques tankers rouillés) jusqu’à une plongée au sein de quelques bars de nuit et autres lieux étrangement peuplés.

Quelque chose de l’ordre d’une mystique sauvage prend corps au travers de ces pérégrinations diverses. Nous voici au contact du monde, au contact du dehors, au plus proche d’une sensation pleine, souvent lumineuse, emportés par la pluie et les orages en une subtile géographie des intempéries, des saisons, mais où l’on se confronte également, en toute lucidité — et ce sera essentiellement le fait de la troisième partie où l’on suit le poète musicien en tournée, ici et là, en France et à travers l’Europe — à la réalité crue et parfois violente du monde des Hommes.

« Les fleurs tombent » est à considérer comme un journal du réel — une dérive — écrit par un musicien, compositeur de musique concrète. Il nous offre ici une autre face de son travail — la partition en mots de ses musiques ? — que l’on pourrait signer de l’adage de l’un des ses auteurs de référence Kenneth White : « Ni le moi, ni le mot, mais le monde. » (in Le Poète cosmographe).

° ° °

LES FLEURS TOMBENT

« Le chemin vers le haut et le bas est un et le même. »
Kostas Axelos

« Tout ce que je porte attaché en moi, se trouve libre quelque part. »
Antonio Porchia

« Même si nous le déplorons, les fleurs tombent et les mauvaises herbes poussent. »
Dôgen Zenji

© - Bruno Roche

LIVRE 3 —
CITÉ HUMAINE…

« Je n’ai pas tort d’habiter le fracas ; c’est dans son sein que le vrai sens figure.  »
Jiao Ran

1. DEN HELDER (A 25)

Mer du nord — tournée

Tombée du jour, humidité lourde
brume et froid
encore 700 kilomètres à parcourir

L’espace soudain clair de l’atmosphère

J’épluche une mandarine
vivacité du goût
combinaison unique de sensations
ouverture de l’instant

Je suis au monde.

2. CONTRADICTION

Rotterdam — Sint-Mariastraat

Pleine rue
cité marchande grouillante et noire

La fille arrive là-dedans
jambes immenses, démarche haute
puis soudain disparaît pour renaître en esprit

Elle dit :

J’advins ce que j’étais, je suis ce que je fus et le serai sans fin, quand âme et corps refleuriront

Le corps
puissance rassemblée

D’ici, s’échapper devient possible
(si tu décides)

Ceci est simple — cela est vrai

3. UNE VILLE, UN SECRET

La ruelle monte vers le cimetière
(juste au-dessus de l’immensité bleue)

Des tombes, par centaines, couvertes de ronces et de fleurs
retrouvent la poussière et la terre

Plus bas, l’océan absorbe un monde intact
unique, entier
minéral

Je m’enfonce là-dedans, lentement
heureux de partager avec toi cette vision.

4. CORPS DES VOSGES

Parking — Hôtel Sewen

Neige
pins ciselés de cristal
sommets anciens, perdus dans la noirceur

Nuit étoilée

Route sinueuse, charnelle

Hohneck, 1361m
Grand Ballon, 1424m
Hohwald, 1100m

Fécondation sauvage au dessus de la plaine du Rhin
(fécondation sauvage)

Chair de la terre
seins
ouverture

Le contrefort bleuté des lèvres

L’incisif.

5. JURA

Et voici les forêts laiteuses du Jura
givre, vent, froid

Pontarlier, Malbuisson, Jougne, Vallorbe

Frontière
dialogues imbéciles :

— Vous avez de l’herbe ?
— Non.
— Allez ! Vous nous montrez ce que vous avez, on jette ça dans les poubelles
et ça reste entre nous.
— Puisqu’on vous dit qu’on a rien.
— Ok ! Descendez de voiture...

Autoroute de l’est
soleil acier
le lac bordé d’or, les montagnes.

6. SUITE MUSICALE (1)

1.

Ondes sur Radiola — concert Chez Lulu (Liège)

Vieux radio transistor
cuir d’écaille rouge cerclé d’étincelles
court-jus, oxydes
câble de cuivre
antenne d’argent

Neige auditive

Avalanche minuscule.

2.

Un peu de neige salie

Pour Bernhard Günter

Effort simple

Condensation

Intensité silencieuse.

7. INTUITION, COMPOSITION, ÉMERGENCE

1+1 = 3

8. L’HIVER

Paris 19ème

Silence matinal rue Saint-Anselme
levé la nuit, encore personne
seul ce diésel Renault, ouvert
où négligemment pendouillent des carnes.

9. REMEMORATIO (LÀ OÙ JE SUIS NÉ)

Marseille, années soixantes, quartier Mazargues
mon père, plutôt baraque
se fait brancher par une bande de cinq ou six

— Un à un je vous prends, c’est quand vous voulez.

10. AUTOBIOGRAPHIE 21

111, rue Béchevelin — Lyon

Dans la mansarde aux six années
tout en haut d’un escalier de bois sale, cassé, grinçant
s’amoncelaient dessins, poussière, K7, notes (encore et pour longtemps éparses)

Moins deux degrés ce matin-là
enfoui sous un duvet à même le sol

La canicule en été (chasse aux moustiques gros comme des mouches)
les livres qui s’accumulaient, s’accumulaient
et, dans mes mains, la musique du monde.

11. COMMENCEMENTS (CARNET 19)

Écrire des lignes
tendre une verticale
quelques-uns trouveront cela inutile
mais c’est qu’ils n’ont jamais vécu
(et ne vivront peut-être jamais)
ce qui se dégage d’une relation
lorsque le monde

dehors
directement s’active au cerveau
parcours les muscles du corps
offre puissance et jouissance
nous emmène dans sa danse.

12. SUITE MUSICALE (2)

1.

Trois chambres d’inquiétude

Pour Michèle Bokanowski

Dans la patience d’une forme contemplée
(au-delà de l’attente)

Seul l’impact seul

Enfin, vous êtes concentré !

Attention partout lovée
disponible
offerte

Éclat dans l’éclat.

2.

Jetsun Mila

Pour Éliane Radigue

Argent déposé sur toutes feuilles
ascension lente
mouvements
musicalité

Flux et reflux des particules

Sensation métallique — or froid.

13. ANÉMIC CINÉMA

Pour Emanuel Holterbäch et Étienne Caire

Fribourg

Sur cette neige chimique
l’ombre du corps est un corps double

Chaque trace s’enfonce ou recule

Horizon blanc
respiration
art de l’image

Vie veinée de l’écran
granules, cristaux, tresse de lumière

Souffle sombre, temps tremblé

Flou

Ombrages et diaphanéitées métalliques

Œil
air solaire
branchie végétale — magie

Oblique beauté.

14. VISAGE

Pour David Moccelin et Jean-Christophe Vermot-Gauchy

Théâtre (notes de travail)

Sur la tombe, des poussières
fleurs, herbes séchées
se pencher

Odeur, couleurs
persistance du sol
le compost

Il dit :

— Ce vent qui dénude les os de leur chair...

Plus haut :

Le visage n’est pas l’unique accès
partout des portes (les ouvrir, les fermer, puis s’en aller)

Une aile d’oiseau noirâtre
une écharpe
un pied
quelques objets
(c’est tout)

Il dit :

—  Tout est si difficile, tout est si inutile...

Plus bas :

Il pense à un accord avec le monde
cela existe (il l’a vu et il le sait)

Je le dirai.

15. CINÉMA NOVA (BRUXELLES)

Fritz Lang, House by The river (1950)

Le cadavre hante la rivière et les estuaires

Masse d’eau noirâtre, épaisse, longue comme des cheveux d’algues

Flux et reflux de la marée
qui dessine, à son allure, en profondeur
(ici la lumière ne pénètre pas)
le destin des hommes et des femmes pris au piège d’un monde faux, piteux, mal fait

Avec toute l’ambiguïté de sa beauté

Pourriture souriante face à celui qui cherche, en vain
à remuer les algues, la lie, la vase de son esprit torve

Et il chercher à posséder, envenimé par un infect désir
et il peine, de plus en plus
assailli par les restes de son obscène nourriture

Dehors, le monde va et vient suivant le flux
le reflux

Avec en lui, enchâssées
quelques parcelles de vérité.

16. AUTOROUTE 58 - ROOSENDAAL

Manitou
Job Done
Ramos
Transwest Land
Haro Cargo (Besica)
Papa Ali
Triton
Bûchaca
Deroo Machines Demby Demby
Samat
Mega Liner
Sappi
Ronsard Midi-Paris-Nord

&
Michel & Isabelle.

17. VENT MÉTALLIQUE

En suivant Blaise Cendras

À errer dans les gares (Saint-Lazare, Asnière, Levallois)
je croise des lumières

Des pans de couleurs, apportés par les trains, tout à coup s’additionnent

Intrus de feuilles d’or — wagons, machines, folies...

...je suis en route
j’ai toujours été en route...

La musicalité du rail
cette promesse de voyages
vers on ne sait où
vers où je ne sais rien.

18. ITALIE — A 13

Traversée des climats
sel, boue, pluie
neige et eau sur l’asphalte

La Ford GTX file à grande allure (vitesse, puissance, mécanique parfaite)

De la nuit à la nuit

Angle, horizon, ravins — contradiction

Confiance, patience, dénuement — régularité de l’attention

Discipline, étude, dérive...

...cosa mentale

La réalité est étalée sous nos yeux, il n’y a rien à expliquer

Fatigué, je coupe le moteur et m’endors
(je ne fais que changer de rêve)

Maintenant, même à l’heure de ma mort, dit-il, je n’aurai pas de regrets.

19. TOURNÉE (TRIO)

Pour Mathieu Werschowski

Karlsruhe — vers le nord

Traversons d’immenses rideaux de pluie
choc, rebonds, efforts absorbés

Se contenter d’une description
(une simple description peut être suffisante)

Soleil mauve, conduite machinale, kilomètres d’asphalte brillant

Écoute : Scelsi, Captain Beefheart, Chion, Yoshihide...
(ronronnement fauve de la Ford)

Lecture : Cendrars, Yeats, Ikkyû, Snyder, Roûmi...
(ronronnement fauve de la Ford)

Je regarde

Trois corbeaux sur leur piquet

S’envole...

S’échappe...

S’arrache...

Présage sauvage

Passation

Force.

20. NEPTUNSHAVEN, 7h30

Café noir et cigarettes
chez Anne on Kees cafe’t hantje
docks Noord 1 — Oude petroleum
Amsterdam

Anna, cinquante ans
œil délavé, cuir contre peau
chantonne un tube sous ses enceintes karaoké

—  Where da you com from ? Where da you com from ?

Dehors, dans la grisaille, trois cargos stationnent

Moondancer (135 000 t.)
Kisses
Petrus Malaashracht

Et c’est ici que je m’aventure.

21. KATOWICE

Pologne — 1998

Levé 6h, matinée nue et givre encore
blancheur glaciale

J’ouvre la fenêtre de cet hôtel minable
cinq étages, seulement
au-dessus de la folie des hommes

En bas, journaux dégueulent
(tâches, gras, protections usagées)
quelques bouteilles, ici et là, déclinent l’histoire suante d’hier

Un samedi soir comme les autres

Alors même que dans la nuit
avec Olivier
nous échangions ces vers de Dante...

Je vois bien que jamais notre intellect
ne s’assouvit, si ne l’éclaire le vrai
en dehors duquel aucun vrai n’a lieu

... je repense à cette grosse fille, vulgaire, prostituée
con offert dans l’escalier de l’Ultravox Costa Rica
et je m’interroge.

22. XXX

Pour Jérôme Nœtinger

Rotterdam

Au Rose Land
dance pub du Cap Horn Noord des docks
Claudia, moulée jeans brut
se joue des hanches avec en prime
inscrit fluo sur tee-shirt mauve : Twenty four per hours

— My idea of the North ! dit-elle

Vague froide
peau blanche
œil fixe, ravageur

Vodka sur Vodka

Une décision à prendre
(une décision à prendre).

23. PORT D’EAUX MORTES

Amsterdam, zone rouge, quartier des putes
celle-ci, paufinée mode Mexique
roule ses cuisses au rythme Samba
celle-là, gamine
déjà rognée à l’œil d’un éclat piercing
semble appeler à l’aide

Misère, misère
misère et contradiction

— Deutsh ? Anglich ? Italie ?
— Non. Français.
— J’te suçe ?

Plus tard
on entre au Chinese Eethuis-Wing Kee
menu Seasonal greens whith mixed meet & intestins
bol de riz, baguettes
sauce Soja sous néons verts
(ok, c’est ce qu’il me fallait)

Dehors l’eau sombre

Futur labyrinthique
jouissance métallique

Ironie ?

J’ouvre Dôgen Zenji, moine errant lui aussi
autre époque, autre façon

Insensés !
Ce lieu où notre esprit
s’est exilé
on l’appelle les six mondes
où ne nous sommes nous pas aventurés ?

24. VAN WALSUM HOTEL

Dans un rêve — 4h30

Parcours parsemé d’embûches, de pièges
d’épines (quelques gouttes de sang)

Puis tout s’évapore

Du sol sec, chaud, fendu
remontent des vapeurs, un goût de sel, quelques débris
et ces atroces entités effilées qui, me dit-on, auraient toujours été là

En attente —

Est-ce cela la beauté inverse des choses ?

25. POÈME SEC

Ni blanc ni noir, disent-ils
(je nen suis pas encore là)

Poème sec —

Supprime le terrain
et tu verras ce qui te lie, follement

Tâche difficile

Posture intransigeante

Effort sans trêve.

26. AU BLUE MOON

Wuppertal

Ça parle trop vite, ça parle trop vite
ça ne parle pas

Pensée binaire, absence de toute ouverture
saveur ? Aucune...
routine, intrigues habituelles et complaisance

Je vais chier
puis quitte très très vite cet endroit
nauséabond

— Il te faut percer, pas moyen de se faufiler

Dehors :

L’esprit, emporté en rafales
gît, demi-conscient
dans l’eau du caniveau.

27. ABSTRACTION, OBSERVATION

Van Stolk park — 7h30

À l’aplomb des mots
de ces quelques agencements lents
bientôt vivaces (à leur allure)

La lumiere matinale, descendue jusqu’ici
dessine, par terre, une forme mouvante
exacte

Chaque instant s’ouvre à la couleur

Beauté blanche, beauté du feu, bleue, verte
et qui déjà s’échappe

Éclat, éclatements

Œil entrevu — les futaies : complexité végétale, essences rares, fleurs
…étamines, pistils, graines, millier de tiges ployées…
d’où le pollen virvolte

Espérant féconder on ne sait quels autres jardins.

28. YING & YANG (VAN BLEISWIJKSTRAAT)

Ko Un a dit :

S’il y a des héros
il y a aussi pas mal
de minables
qui peut bien être
celui qui n’a pas un
cœur ordinaire ?

Dans la rue — deux chiens
petit blanc sur gros noir...

...et vas-y que j’te frotte ma queue dans les poils
puis que je lèche le membre dur
maculé de splendeur

Pas du tout ridicule !
(pas du tout ridicule.)

29. TRAIN BB - SÉRIE 3000

Ligne Ostende / Bruxelles

Éric, 53 ans, Légion étrangère — 2éme REP

La bascule, brutale, depuis son regard sordide
(brûlé pour une simple parole !)

À cet instant précis
le jus que soudain tu secrètes et dont tu te délectes

Ton personnage endosse une allure que tu ne reconnais pas

Est-ce le Mal ?

Est-ce le dard, infect, à l’origine du maintient de tout être en alerte ?

30. AU CRÉPUSCULE DES FORMES

Plan d’eau de Broekhoven — Noordeljik Eiland

Buvette La Mamma
automne plein vent, nuages nacrés
des bâches plastiques se tordent et crient sur une architecture aluminium

L’eau grise du lac vomit ses embruns

Un homme se lève, ricane violemment

—  Salope ! Je vais lui tordre le cou !
(profond accent du midi)

Elle file
abandonne ses bières
deux trois chaises tombent
odeur salace à la suite
mieux vaut s’tirer d’ici

Comment crois-tu échapper au monde ?

31. PAPA ALI & Co.

L’ivrogne

—  Suis vide pauv’gars suis vide !
Pourtant j’pense qu’à faire des images
c’est l’moment, tout s’effondre
la glace apparaît mais ce ne sont que congères polystyrène
du toc, de la merde
à la moindre étincelle, pétrole brut sur les doigts
brûlures à vie...

...j’ai cru tenir la rambarde
mais comme à chaque fois, seul
à l’aplomb
un paquet de graines virevolte et lance des pépites d’yeux...

...suis vide, pauv’gars, suis vide.

32. UN PAS DE PLUS

J’allume une cigarette
feu dans la bouche — suicidé ?

Allez, nom de Dieu, un pas de plus !

33. DÉRIVES...

Bifurcation nouvelle
étrange équation
invention

J’ose, j’écoute, je regarde —

Usure du temps (cailloux dans la chaussure)

Une phrase, minuscule
accompagnée d’un personnage énigmatique à l’allure effilée, diaphane
presque transparent
tout à coup est là et me regarde

Respiration, nourriture, respiration

Puis il disparaît soudainement sans même que je m’en rende compte.

34. ISOLA EXPRESS

N° 130020246831

Le moteur s’emballe, les vagues
noires, brisées jusque dans leur cœur par une lourde coque de métal
se défendent, combattent et ripostent en criant

Elles délivrent alors une épaisse matière blanche
qui bientôt se referme sur elle-même et retourne au noir des profondeurs.

35. SUITE MÉCANIQUE

1.

Rade de L’Estaque — Marseille

Regina Messina lentement pivote
300 000 tonnes d’acier rouge
sous la falaise de craie.

2.

Avec aisance — Amsterdam, Mercurius Haven

Eurotaf 806-802
précisément désigné sous P-O-162 39 F
soit 3 x 800 tonnes de sables et marnes
poussé par Guêpe 90
tranche le fleuve
en silence.

3.

TTF 106 - Karlsruhe HBF
CNL
Vos Logistic
STAT —

Trois trains ferraille

Tueurs lourds de la nuit.

36. NOORD FIVE ATLANTICA

Plate-forme Mittleplate
(minéraliers, pétroliers, containers)

NW Jonkers, NW Ridders
Recht Boomsloot
et Krom Boomsloot

Ouvre la carte, vérifie l’orientation

Noordzee Kanaal, Ok
Petroleum Haven, Ok
Oude Houthaven, Ok
Mercurius Haven, Ok
Minerva Kanaal, Ok

Traverse la situation, sans te soucier
ensuite, lent retour vers l’hiver
premières fleurs mortes
dans le dos le soleil
à la fin
plus rien.

37. NOORDZEE

Anvers, docks d’Antwerpen
pénétration de la côte sombre
la voiture glisse
ferraille, carcasses, machines enfouies
tapis mécanique gagné par la rouille
champs noirs et montagne de charbon
lie sanguine
industrie
puanteur froide des huiles

Huit super-tankers autour de la centrale nucléaire

Tano Maru Panama
Vannuden RoRo (Russia)
Trans Ocean
Cosco Hanjin Choyang
Atlas Power Screen
Bremer Forest
Deneb Costa Rica
&

Oudena arde M477.

38. CARGO

Bientôt à quai
Le Light of India s’engouffre dans les docks
(rempli à ras bord, avachi, débordant de marchandises)

Odeur rance, mélange de sel, de graisses, d’essence

Une lumière scintille péniblement sous l’épaisseur crasse des hublots

Buée, poids, force sourde des machines

Des hommes suent pour le déchargement.

39. N 101 - MER DU NORD

Haven van Antwerpen
Kanaaldok B2
Delwaidedok
Zandvliet
Berendrechtsluis
Schelde — Rijnkanaal

&
Tanker MSC Béatrice
China shipping line
Cont. ship AURORA
Euronav Tankers
Pontus Tankers SPRL
Ruflex BUBA DEURNE

&
Colombus.

40. HOMME DE MER

Chanson —

J’ai passé du temps sur les côtes
à ramasser des algues, des coquillages et un nombre invraisemblable de pierres rognées par le sel

L’apocalypse des eaux, lors d’une tempête
me renversa cruellement
(j’ai croupi presque trois jours dans une mare infecte, profonde, noire et saumâtre
me demandant si la vie n’avait pas choisit de m’abandonner là
tourné, retourné sous les vagues et l’odeur insoutenable du Varech...)

Et me voici, aujourd’hui, quelques années plus tard
jambes brisées
à observer ce jeune pêcheur, campé ferme, plein océan
la face souriante et ruisselante d’écume
lançant son leurre dans les courants

Il sort de là un poisson fauve
gorgé, vivace
nageoires fluorescentes — un animal ailé

Salut à toi, homme de mer, homme du vent et des lames !

Profite de ta force, pleinement
et jamais n’écoute celle ou celui qui prétend qu’il est l’heure de t’en retourner

L’instant s’abreuve de l’instant
non du médiocre souhait.

41. HAAFEN KANAL

Une péniche
peau noirâtre
étrangement silencieuse

Sur son flanc gris pétrole
on peut lire China Shipping Triton (c’est son nom)
et cette inscription : 23 0934 — ZEBRA 7

Je fais signe au conducteur
le conducteur me fait signe

Dans un instant
remue-ménage sur les berges.

42. ZEBRA 7 — DOCK 13

Identité saumâtre sur les berges de Spie Fundations
quai en pointillé, béton et briques
sept mille arbres débités

Longer la rade, observer l’eau profonde
vaste espace maigre faune
graviers gris-roux, détritus, capsules, canettes

...dépôts, entrepôt, magasins
hangars, silos...

Jonathan P150-61F, échoué
Long. — 79,00m Tonnage — 2613 T
Larg. — 9,60m

Et aussi, plus loin, à quai :

Edel Turquoise
Fusco CP7 IRB
Alaska P16

Pluie fine, air aiguisé

De nouveau lucide

Et concentré.

43. SILENCE INTÉRIEUR

Dans un rêve

Une nuit, sans yeux
une nuit face à ce miroir brûlé

Soudain, il se transforme en une accumulation de pierres lumineuses

Le son de l’eau

Le son de la transparence.

44. RESCAPÉ

Des modèles ?
(aussi vite abandonnés)

Laisser-aller, abandon, luxure
corps à corps insensé
ou encore cette ascèse soi-disant particulière

Ensuite, fuir — en un éclair

Pourquoi se retourner ?

Non — plutôt de l’espace, du commencement
de l’enthousiasme

Là où je voudrais me situer

Eh bien ! Comment est-ce ?

45. ABSTRACTION

Seules ces ombres, qui empêchent
m’accompagnent au seuil d’un langage simple

Je me risque au-delà

La perte (ce n’est qu’une idée)
elle-même dépassée

J’accumule et m’allège
jouissant et dansant, à ma manière
au sein des contradictions

L’élan s’accélère

Moi
sans moi.

46. ÉCLIPSE

Plusieurs jours sans écrire

Vie effondrée

Mais je mesure aussi là ma nécessité

Je pourrais en mourir

— la vraie vie.

47. SCHÛLTE HÔTEL

Chambre 21

Ma propre résolution

Entouré de moustiques
passage à l’acte (aucun détail n’est insignifiant)

Il pleut

Comprendre — ne pas comprendre

Maître Dôgen :

Où loges-tu le discernement ?

&

48. MANIFESTE

Essayer de saisir ce lieu
— un espace —
où chocs et relations s’attisent
dans leur simplicité
(parfois deux, trois mots suffisent) et redonner ainsi — œuvrer —
sur la page blanche
ce moment d’une respiration

Celui-là même vécu dehors.

—  — —
(Les fleurs tombent - FIN - Livre 3/3 - Cité humaine… / 1999)

P.-S.

Photographie / © Bruno Roche - 1997

&

Écouter ici un extrait enregistré et mis en onde du Livre 3 : Cité humaine…

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter