La Revue des Ressources
Accueil > Muriel Détrie, « L’identité mouvante des œuvres littéraires de Kenneth White (...)

Muriel Détrie, « L’identité mouvante des œuvres littéraires de Kenneth White »

mercredi 29 novembre 2017 (Date de rédaction antérieure : 15 décembre 2017).

« Kenneth White est un écrivain difficile à classer car non seulement il écrit en français et en anglais, mais ses œuvres ne sont pas nécessairement publiées dans la langue dans laquelle elles ont été écrites. Né en Écosse en 1936, après des études de littérature et de philosophie à Glasgow puis en Allemagne, il est venu à Paris où il a poursuivi ses recherches et travaillé comme lecteur d’anglais à la Sorbonne, et c’est en France qu’il a publié ses premières œuvres : Wild Coal, petit recueil de poèmes, en 1963, et En toute candeur, recueil de textes mêlant la prose et la poésie, en 1964. Mais bien que toutes deux écrites en anglais, seule la première a été publiée en langue originale, la seconde étant parue en traduction française. Puis ayant obtenu un poste de maître-assistant à l’université de Glasgow, il est retourné dans son pays et a commencé de publier des œuvres poétiques et narratives en anglais chez l’éditeur Jonathan Cape à Londres (The Cold Wind of Dawn, poems, 1966 ; Letters from Gourgounel, narrative, 1966 ; The Most Difficult Area, poems, 1968). Mais déçu du peu d’audience que ces œuvres ont reçu et du climat qui régnait alors en Angleterre, peu propice à la littérature et fermé selon lui à toute pensée nouvelle, en 1967 il a démissionné de son poste et quitté son pays pour s’installer définitivement en France (il y redeviendra lecteur d’anglais, à Bordeaux puis à Paris, avant d’obtenir un poste de maître-assistant quelques années plus tard à l’université Paris 7, puis de professeur à la Sorbonne une fois soutenue sa thèse d’État), où il a pris la nationalité française en 1979 tout en gardant sa nationalité d’origine. « Je me sens absolument chez moi en France », dira-t-il. « J’ai trouvé ici le terrain culturel et intellectuel qu’il me fallait, et que je ne trouvais pas en Grande-Bretagne1. » Mais c’est qu’il y a trouvé aussi un accueil favorable à sa poésie et à sa pensée : alors que ses œuvres publiées en Angleterre n’avaient suscité aucun écho, ses toutes premières œuvres publiées en France avaient immédiatement éveillé l’attention de la critique comme du public. Ce succès l’a encouragé à publier dès lors pratiquement toutes ses œuvres en France, que ce soit en langue française, ou en traduction française, ou encore sous forme bilingue. »

Muriel Détrie, « L’identité mouvante des œuvres littéraires de Kenneth White », revue TRANS numéro 22, 2017,

La suite en ligne sur le site de la revue TRANS...

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter